Le site de Viviane Micaud

Un décryptage des grands sujets de société pour ceux qui veulent agir

« Mon ambition, mes convictions » par Viviane Micaud

[NDA, ce texte a été écrit en 2007 au début de la présidence de Sarkozy.]

« Mon ambition est de partager mes analyses, de convaincre des groupes de citoyens à mener des actions concrètes. Ma plus grande récompense sera de voir des leaders de l’opinion reprendre mes thèses. »
Je ne suis pas liée à un parti politique, même si je revendique des valeurs de gauche : des valeurs d’égalité des possibilités pour chacun, des valeurs d’entraide dans la société.
J’ai croisé dans ma vie des gens qui forçaient l’admiration, des gens qui avaient des valeurs, des gens qui se mettait personnellement en danger quand l’intérêt général le justifiait. …il avait tous un engagement à gauche : CGT, PC, PS… A l’opposé, les personnes les plus nuisibles que j’ai croisées, celles qui empêchaient toute réflexion et qui encourageaient la haine de l’autre étaient aussi des personnes qui se prétendaient de gauche… Donc, je ne fais pas d’amalgame. Ce n’est pas l’étiquette qui compte mais les valeurs, le respect d’autrui, la pertinence des actions, le niveau d’engagement.
Par ailleurs, j’ai une vision globale. Je m’intéresse aux solutions pour augmenter le niveau de vie des 10 pourcent les plus pauvres et des 80 pourcent des moins fortunés. Pour les 20 pourcent les plus riches, cela ne m’intéresse pas : Ce qui me gène ce n’est pas qu’il y ait des riches, c’est qu’il y ait des pauvres. Si quelqu’un gagne beaucoup d’argent, mais le réinjecte dans l’économie et crée des emplois : tant mieux. La seule manière de diminuer la pauvreté est de créer des emplois.
Par ailleurs, je suis pragmatique. Ce n’est pas parce qu’une croyance est communément admise qu’elle correspond à une réalité. Je ne crois que ce que j’ai analysé moi-même, en m’appuyant sur des faits. Pour ce que je n’ai pas le temps d’approfondir par moi-même, je n’ai pas de conviction établie, juste une interprétation la plus probable construite à partir des dires des personnes que je considère comme, a priori, fiables.
En terme d’économie par exemple, je pense que le parti au pouvoir n’est pas très lucide. Il prend des théories issues du lobbying des financiers pour des principes économiques. Par contre, les partis de gauche, pour faire plaisir à leur électorat, ont tendance à oublier des fondamentaux de l’économie. »
Viviane Micaud

Octobre 2007

Voir aussi la page « La démarche de l’auteur »
Publicités
 
%d blogueurs aiment cette page :