Le site de Viviane Micaud

Un décryptage des grands sujets de société pour ceux qui veulent agir

Les dessous des compagnes de propagande autour des grandes écoles

Posted by Viviane Micaud sur 6 janvier 2010

La notion de Grandes Ecoles a un grand pouvoir émotionnel, aussi en habile propagandiste, le gouvernement l’utilise. Pour cela, il ne craint pas de faire des amalgames et des simplifications de communication, qui sont plutôt contre-productives.

1)      Premier amalgame : la confusion entretenue entre « grands corps d’état », « grandes écoles de rang 1 ou 2 (dont on se prévaudra toute sa vie) » et « autres grandes écoles ».Les grands corps d’état qui fournissent des privilèges sont réservés à environ 100 personnes (anciens élèves de l’ENA et les 50 premiers de polytechniques (Corps de l’X)). Un jeune qui rentre avec 10 moyenne générale en prépa a une chance microscopique d’atteindre la deuxième catégorie et aucune d’atteindre la première catégorie.

2)      Deuxième amalgame : la confusion entretenue entre « cadre supérieur » et la catégorie « socialement favorisée » de l’éducation nationale.  La catégorie socialement favorisée pour les études de l’éducation nationale regroupe les enfants de cadres supérieurs et d’enseignants.

3)      Troisième amalgame : La confusion entre boursiers et socialement défavorisés. Les enfants d’enseignants peuvent être comptés comme boursiers (en particulier en cas de famille monoparentale) mais sont aussi comptés comme socialement favorisés. La notion de  « socialement favorisé » est, avant une question d’argent, une question d’accompagnement de la famille et de niveau d’enseignement du lycée où l’enfant est scolarisé.

En augmentant, le nombre de places en prépa le gouvernement prétend faire de l’ouverture sociale. Faux : cela ne donne aucune chance supplémentaire pour les écoles à réputation (rang 1 ou rang 2). Nous sommes dans le même système que l’ouverture des universités à tous, quand on n’a pas les acquis et les habitudes de travail, c’est une fausse ouverture. Par ailleurs, cela fait une concurrence peu saine avec les universités qui ont également un enseignement de haut niveau et des avantages indéniables :   plus de libertés d’organisations, possibilités de se spécialiser, … et qui permettent  d’atteindre la plupart des grandes écoles (au sens larges) par des recrutements parallèles.

La vraie méthode pour faire de la promotion sociale est connue :
Missionner les enseignants de collège et de lycée pour convaincre les élèves de milieux modestes à potentiel à tenter les concours les plus difficiles et les aider à étudier, puis  donner «des possibilités d’études supérieures clé-en main » (logement et financement complet) à ces derniers. Mais ce sont des actions de fond sur lesquels il est plus difficile de communiquer…Malheureusement, les actions permettant une belle propagande sont trop souvent préférées aux actions utiles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :