Le site de Viviane Micaud

Un décryptage des grands sujets de société pour ceux qui veulent agir

L’accueil des handicapés à l’école : des moyens et une vision globale et pragmatique

Posted by Viviane Micaud sur 19 avril 2009

Toute famille devrait avoir le droit à une solution adaptée quand elle s’occupe d’un handicapé. Et la solidarité de la société doit payer.

Nous le savons, une grande partie des problèmes proviennent des moyens insuffisants. Combien d’académies jouent la montre pour les recrutements des accompagnateurs pour des basses raisons budgétaires ? Mais les moyens ne sont pas la seule explication, l’incapacité de l’éducation nationale à avoir une vision globale et pragmatique joue aussi.

Des établissements peuvent être facilement équipés pour recevoir des enfants en fauteuil roulant d’autres non. Au lieu de tout promettre (ce qui est impossible) faisons la carte des établissements adaptés et adaptables, calculons les temps de transports sur tous les lieux d’habitation et prévoyons les financements qui vont bien pour que chaque enfant en fauteuil roulant ait une solution.

Quand l’enfant ne pose pas de difficultés de comportement et n’est pas en fauteuil roulant, une solution de proximité doit être trouvé. Mais, il faut s’organiser pour le matériel nécessaire, la formation des enseignants et la mise à disposition d’accompagnateurs quand c’est nécessaire.

Pour les équipements destinés aux aveugles, il serait économique d’avoir un groupe d’étude (trois personnes au niveau national et basé dans une région pour être proche du terrain) qui permettent de faire baisser le prix des équipements et imposer aux éditeurs une version pour aveugle de chaque ouvrage accepté par l’éducation nationale.

Pour les sourds, une organisation de formation dès l’IUFM et une cartographie des enseignants formés au langage des signes.

Tous les enseignants qui ont accueilli des handicapées dans leur classe soulignent l’importance éducative de la compréhension et l’acceptation de la différence. Très souvent, il se crée dans la classe des solidarités. Cependant, il est nécessaire que les passe-droits dont bénéficie l’handicapé soient bien compris. C’est-à-dire que celui-ci n’ait pas un comportement d’assisté qui joue de son handicap, mais fasse des efforts visibles pour compenser ses différences. Autrement, la classe devient vite ingérable pour l’enseignant. L’accueil d’un handicapé en milieu scolaire doit être basé sur des « droits » mais aussi des « devoirs ». La limite est la mise en danger de la capacité d’enseigner dans des bonnes conditions aux 29 autres élèves de la classe. C’est-à-dire il faut dire aux parents que la condition non négociable est que l’enfant fasse des efforts pour s’adapter quand il est accueilli. Il ne s’agit pas de réussir mais d’essayer sincèrement. Le temps d’accueil est lié à la limite acceptable de la perturbation de l’enseignement de la classe pour le bien-être d’un élève, qu’il soit handicapé ou non. Avec cette règle, un élève d’intelligence normale qui fait des efforts pour y arriver est accueilli à plein temps quelque soit son handicap.

Comme cette règle n’est pas clairement énoncée, l’éducation nationale invente des prétextes, joue la montre… ce qui ne permet pas de trouver des solutions pérennes. Non, il n’est pas possible d’accueillir en école primaire d’enfant atteint de certaines formes d’autisme dans une classe toute la journée sans perturber l’enseignement des autres élèves. Trouvez des enseignants engagés vers les enfants et sincères qui ont voulu essayé et discutez en avec eux. Par contre, il est scandaleux d’abandonner les parents sans solution. L’enseignant comprend parfaitement qu’un autisme ne peut pas être attentif toute la journée et qu’il a parfois besoin d’exploser. Toutefois, il ne peut pas tolérer ce comportement dans sa classe, si ce n’est dans un contexte pouvant être présenté comme exceptionnel, parce que si les 29 autres élèves l’imitent l’enseignement serait impossible. Il faut l’accepter et trouver d’autres solutions…en restant pragmatique.

Le problème d’accueil des enfants handicapés est un problème de gouvernance autant que de moyens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :